What the Québec Independence Movement Can Learn from Catalonia

By: Yaël Ossowski - @YaelOss - Sep 24, 2013, 6:00 am

On September 11, the National Day of Catalonia, an estimated 1.6 million Catalans joined hands across the vast territory they’d like to call their own.

CatalanWay
Catalans link hands to rally for independence on the National Day for Catalonia.

Dubbed the “Catalan Way,” the idea was to span, point-to-point, the entire land mass of Catalonia — the autonomous region in northeastern Spain seeking full independence from Madrid.

Demonstrating strength through numbers, activists formed a human chain across hundreds of kilometers, uniting in their quest for political and economic independence.

In the Canadian province of Québec, which also hosts a vibrant movement for territorial and economic independence, one would expect to see the same type of fervent displays.

quebeccarte
The Canadian province of Québec has a vibrant independence movement of its own.

Québec, like Catalonia, has roughly 7 million inhabitants who speak a language other than that of the national majority. The French language in Québec allows for a a vibrant cultural sphere with independent artists, musicians, and intellectuals, similar to the rich artistic traditions of the Catalan people. Both regions are vastly rich and developed, and argue they could expand once they are set free from the central government.

The province of Québec currently has a minority-ruling government in favor of independence, while Catalonia’s President Artur Mas has staked his entire political career on his native region separating from Spain.

The factor which separates the two breakaway nations, however, is politics. Unlike Catalonia, Québec’s independence movement has moved away from grand marches and nationalistic celebrations, and instead toward the political arena. It’s been championed by the pro-independence Parti Québécois, the party heading the current government. They’ve been in power for a combined 19 of the last 37 years, and held unsuccessful referendums on national sovereignty in 1980 and 1995, the latter of which lost by less than 1 percent.

Though intellectuals, artists, and civil society groups have pushed for Québec’s independence over the years, it is the Parti Québécois, and its federal counterpart the Bloc Québécois, that have personified the movement. Therefore, the idea of sovereignty has become more about molding political institutions and seeking power than seceding from Canada.

quebecdrapeau
The Parti Québécois has shelved the pursuit for sovereignty in favor of more ideological, political goals.

Once in power, the party shelved their ideal quests for independence in favor of more political, ideological goals. They imposed harsh restrictions on immigration and language, revamped the education system, and greatly increased healthcare and welfare spending.

It’s difficult to point to the exact moment of this degeneration, but no example comes to mind more than in wake of the failed 1995 referendum. In an bitter concession speech, Prime Minister Jacques Parizeau blamed “money and the ethnic vote” for the unsuccessful vote. Thus began a new brand of Québec independence — a brand reliant upon nativism, xenophobic populism, and a paternal welfare state to keep citizens reliant on the provincial government.

It was no surprise, therefore, when the Parti Québécois recently unveiled the “Québec Charter of Values.” This law would enforce state secularism and ban public employees from wearing religious symbols or pieces of clothing in the duties of their jobs, while citizens receiving public assistance would have to their faces uncovered.

Famed Québécois songwriter and poet Richard Desjardins summed it up well: “I still believe in independence for Quebec, but not with this gang!”

Even prominent members of the party have criticized the left-leaning, overarching creed of today’s Parti Québécois.

Option-nationale-Jean-Martin-Aussant
Jean-Martin Aussant left the PQ because he believed it had abandoned its goal of independence.

Jean-Martin Aussant, an economist and former investment banker who served as the Parti Québécois’ shadow economic minister from 2008 to 2012, left the party last year. He too felt disillusioned with the party, which he judged too comfortable with power and insincere when it came to seeking independence. He formed Option Nationale in 2012, a party dedicated first and foremost to Québec’s independence.

“There is no political party which proposes a clear ‘yes.’ We have to talk to Québécois about the advantages of sovereignty. At the moment, there are no parties which do this in a sincere, engaged fashion,” he explained to Radio-Canada.

The problem, which both Desjardins and Aussant articulate, is that the the politicians and the bureaucrats usurped the sovereignty movement. The passion for independence was taken from ordinary individuals and boiled down to a slick, packaged form of politics, chained to an ideology of “us versus them.”

At least in Catalonia, ordinary people are rallying together and not relying on political institutions to carry through with the idea of independence. They aren’t putting their hopes and desires into political parties which say the right things at election time but abandon all ideas of a new state once in power.

Of course, there is no perfect formula nor equation for creating a new country out of the mold of an old one. And Canada, the most decentralized federation in the world, likely gives much more autonomy to Québec than Spain gives to Catalonia.

But at least among the Catalan people, who are impassioned enough to link together across hundreds of kilometers of land and take the independence movement into their own hands, they have yet to misplace their idealism and dream of self-determination. They have united to create the vision of their free tomorrow, untangled from the political whims and wishes of the temporary guardians of state’s purse strings.

Yaël Ossowski Yaël Ossowski

Yaël Ossowski is a journalist, Young Voices advocate, and informational entrepreneur. Born in Québec and raised in the southern United States, he currently lives in Vienna, Austria. Follow @YaelOss and on his website Yael.ca. Read his featured PanAm Post column, "Question the Narrative."

Ce que le Québec peut apprendre de la Catalogne

By: Yaël Ossowski - @YaelOss - Sep 24, 2013, 6:00 am
CatalanWay-feature

Le 11 septembre dernier, la fête nationale de la Catalogne, environ 1,6 millions de Catalans se sont donné la main pour former une chaîne humaine à travers le vaste territoire qu'ils réclament comme étant le leur. Baptisé depuis lors la « Voie catalane », l'idée était de couvrir d'un bout à l'autre cette masse de terre qu'est la Catalogne, région autonome du Nord-Est de l'Espagne qui tente d'acquérir son indépendance de Madrid. S'ils réussissent, on s'attendra à beaucoup de célébrations ferventes dans la province canadienne du Québec, où il existent également et depuis fort longtemps un mouvement vivace pour l'indépendance territoriale et économique. Le Québec, comme la Catalogne, a plus ou moins 7 millions d'habitants qui parlent une langue autre que la celle de la majorité « nationale ». La langue française au Québec a soutenu une vive sphère culturelle avec des artistes indépendants, des musiciens et des intellectuels, semblable aux riches traditions artistiques du peuple catalan. Les deux régions sont considérablement riches et développées et les indépendantistes, autant au Québec qu'en Catalogne, affirment qu'elles peuvent accroître encore plus une fois libérées de leur gouvernement central. Le Québec a actuellement un gouvernement minoritaire en faveur de l'indépendance, alors que le président de la Catalogne, Artur Mas, a fait sa carrière politique en promouvant la séparation de sa région de l'Espagne. Le facteur qui distingue des deux nations aux tendances souverainistes, toutefois, est la politique. Contrairement à la Catalogne, le mouvement indépendantiste au Québec ne se fient plus aux grandes manifestations et célébrations nationalistes. Il se fient plutôt à l'arène politique pour faire valoir ses objectifs. Cela est une cause défendue par le Parti québécois, le parti indépendantiste présentement au pouvoir. Les péquistes ont gouverné pendant 19 des 37 dernières années et ont organisé deux référendums sans succès en 1980 et 1995, dont le second a été perdu par une marge de moins d'un pour cent. Même si une bonne partie des intellectuels et artistes au Québec ont appuyé l'indépendance depuis des décennies, ce sont le Parti québécois et son homologue au niveau fédéral, le Bloc québécois, qui ont dominé et caractérisé le mouvement. Ainsi, dans l'hiérarchie des priorités du mouvement indépendantiste, la promotion d'institutions politiques et le maintient du pouvoir par le PQ l'ont souvent emporté sur l'impératif de faire la souveraineté, au grand chagrin de nombre de souverainistes plus hâtifs de voir naître un État québécois indépendant. Une fois au pouvoir, il semblerait que le PQ a mis ses idéaux d'indépendance en veilleuse afin de prioriser certains objectifs politiques et idéologiques ayant rapport à l'immigration, la langue, la réforme du système d'éducation et l'augmentation des dépenses en santé et solidarité sociale. C'est difficile de dire à quel point ce changement de priorités a eu lieu, mais un exemple clair de dérapage était à la suite du référendum de 1995. Dans son discours de défaite, le premier ministre Jacques Parizeau, visiblement frustré et amer, a blâmé « l'argent et des votes ethniques » pour l'échec référendaire. Et ainsi s'introduisit au grand spectre souverainiste un élément ethnique, voire nativiste qui demeure très minoritaire mais dont la présence a néanmoins profité aux détracteurs du mouvement indépendantiste. Ainsi, lorsque le gouvernement péquiste a récemment dévoilé sa « chartes des valeurs québécoises », une loi qui souhaite renforcer la laïcité de l'État et qui vise notamment à interdire le port de symboles religieux ostentatoires chez les fonctionnaires, les accusations de xénophobie n'ont pas tardé à faire leur entrée dans le débat, qui d'ailleurs divise autant le mouvement souverainiste que les autres sphères de la société. Dans ce sens, le célèbre chanteur et poète québécois Richard Desjardins a résumé son point de vue sur la Charte en disant : « Je crois toujours à l’indépendance du Québec, mais pas avec cette gang-là ! ». Que ces accusations soient fondées ou non, le PQ n'a pas seulement été critiqué sur le plan identitaire. Certains de ses propres députés ont critiqué son courant gauchiste ainsi que l'attitude impérieuse de sa direction. Jean-Martin Aussant, économiste et ancien vice-président d'une banque d'investissement londonien qui était le porte-parole sur l'économie pour le PQ entre 2008 et 2012, a quitté le parti l'année dernière. Il était désillusionné du parti, qu'il jugeait trop confortable dans le pouvoir et insincère quant à ses intentions indépendantistes. Il a donc formé Option nationale en 2012, un nouveau parti avec le but explicite d'atteindre la souveraineté du Québec. « Il n'y a aucun parti qui propose un oui clair [à l'indépendance du Québec]. [...] Il faut parler aux Québécois des avantages de la souveraineté. Il n'y a pas de parti qui le fasse de façon sincère et engagée actuellement », a-t-il dit à Radio-Canada. Le problème articulé par Desjardins et Aussant est que le mouvement souverainiste a été usurpé par les politiciens et les fonctionnaires. La passion pour l'indépendance a été arrachée aux gens ordinaires et réorientée vers un programme politique lisse, préfabriqué et par moments, disent certains, trop lié à l'idéologie du « nous contre eux ». Au moins en Catalogne, le peuple s'organise et ne se fient pas aux institutions politiques pour réaliser l'idée de l'indépendance. Les Catalans ne donnent pas leurs espoirs et désirs aux partis politiques qui disent ce qu'il faut pour remporter les élections et qui retournent leur veste une fois au pouvoir. Certes, il n'existe pas de formule parfaite, ni d'équation efficace pour créer un nouveau pays. Et il est probable que le Canada, qui prétend être la fédération la plus décentralisée au monde, accorde beaucoup plus d'autonomie au Québec que l'Espagne, un État unitaire, ne donnerait à la Catalogne. Mais le peuple catalan, à ce point passionné qu'il se met en ligne, mains dans les mains, à travers des milliers de kilomètres de pays,  lui au moins n'a pas peur de prendre le mouvement indépendantiste sous son propre contrôle. Il n'a jamais perdu son idéalisme ni son rêve d'autodétermination. Au contraire, les Catalans se sont réunis pour créer une vision de leur avenir libre et démêlé des caprices et désirs des trésoriers de l'État.

Weekly E-Newsletter

Get the latest from PanAm Post direct to your inbox!

We will never share your email with anyone.